Arôbois ou l’art de sublimer le vin

Cela fait déjà quatre ans qu’un incendie a ravagé les locaux d’Arôbois à Gagnac-sur-Cère. Entre-temps, l’entreprise s’est reconstruite, restructurée et est portée vers le développement.

Avec l’aide de TFF Group (numéro un mondial des métiers du bois pour l’élevage des vins et alcools), auquel appartient Arôbois, Adrien BOROSTORDOY, directeur du site, arrivé sur les cendres de l’incendie, travaille avec l’objectif de développer de nouveau la production et continuer le développement de l’entreprise et de sa marque. Il est gérant d’une équipe de 15 salariés sur un site de 3 hectares avec un bâtiment de 2300 m². Pour entamer cette métamorphose, l’établissement a pu compter sur les entreprises locales comme Hydrau-elect, Mambert, Richard, TCA 2000, CFM 46, Loty et Fils, etc… À travers cette collaboration avec les partenaires locaux, la société a pu se reconstruire, en assurant la reconstruction ou la réhabilitation des installations ou encore en développant de nouveaux outils, comme un nouveau four de torréfaction ou une nouvelle salle de chauffe.

L’entreprise Arôbois, créée en 1997 par Jean-Louis Dreyer, est spécialisée dans le bois d’œnologie d’exception. Elle fut la pionnière dans ce secteur d’activité. Adrien Borostordoy explique : “Nous donnons au bois, rigoureusement sélectionné, la forme de copeaux de différentes tailles, qui s’utilisent directement dans l’alcool. Sublimant la matière par une torréfaction précise, nous composons des gammes au bouquet innovant ou traditionnel, exprimant une infinité d’expressions toastées, grillées, brûlées, mais aussi sucrées, rondes et fruitées. »

Avec une production de 800 tonnes de copeaux de bois chaque année, ayant séchés naturellement durant 18 mois, Arôbois met l’accent sur la qualité : “Nous nous appuyons sur un savoir-faire unique en proposant de nombreuses essences de bois différentes. Plusieurs tailles et chauffes sont également proposées selon l’incorporation dans la chaîne de production favorisant ainsi certains aspects gustatifs uniques.”

Découlant d’un important travail de sourcing, leur permettant de se diversifier de la concurrence, l’entreprise propose des essences de chênes français et américains, mais également de l’acacia, du merisier, du châtaignier. Ça ne s’arrête pas là, car la Maison Arôbois travaille aussi à partir d’ex-barriques de rhum, de bourbon et de whisky.

Attachée au respect de l’environnement, l’entreprise s’inscrit de manière évidente dans une démarche écologique en revalorisant des bois nobles. Ce qui permet ainsi de recréer un cycle de vie. Cela se fait aussi en privilégiant des fournisseurs de bois locaux de Corrèze, Dordogne ou encore Gironde.

Implantée dans le Nord du Lot, l’entreprise est très présente sur les marchés étrangers, et s’est développée suivant l’évolution de la réglementation et est présente par exemple aux États-Unis, en Amérique du Sud ou en Europe du Sud et de l’Est.

Grâce à un important rayonnement local et les savoir-faire de la zone industrielle de Biars-sur-Cère, Arôbois a réussi à se reconstruire et participe au rayonnement de l’économie Nord lotoise.

Partager l'article
Inscrivez-vous à
notre newsletter

Ne manquez pas cette occasion de vous connecter avec nous et de rester au courant de tout ce qui se passe dans notre territoire.

Suivez-nous