Un inventeur de Masclat invité au salon CES de Las Vegas

Guy Berwart a créé sa société Airtronic en 1982, à Namur en Belgique, d’où il est originaire. 

Ingénieur électronique, il modifiait des plateformes avioniques (tableaux de bord et systèmes de navigation) pour Boeing et Airbus. Quadrilingue, il travaillait à l’international.

Il y a 30 ans, il s’installe avec sa femme à Masclat, pour se rapprocher de la famille de celle-ci.

En 2014, il invente un système d’alarme de piscine tout à fait novateur : Dolphisonus.
 

Comment vous est venue  l’idée de créer Dolphisonus ?

« Il y a une dizaine d’années, lors d’une réunion de famille, une jeune enfant est tombée dans la piscine sans que personne ne s’en rende compte. Fort heureusement, elle a pu être sauvée.

Après cet épisode, le constat a été que l’alarme ne s’était pas déclenchée.

Mon épouse m’a dit alors : tu es ingénieur, tu dois pouvoir faire quelque chose. Elle m’a incité à réfléchir à un système d’alarme efficace. C’est à partir de là que l’aventure a commencé. »
 

Quel est ce concept unique ?

« La plupart des alarmes que l’on trouve en France ou sur internet font de la détection à la vague, mais elles s’activent aussi très souvent dès qu’il y a du vent.

J’ai mis au point un système basé sur l’analyse des sons, un système sonar passif (sound navigation and ranging).

On écoute le son enregistré dans le bassin et lorsqu’une chute est détectée, nous utilisons l’intelligence artificielle pour reconnaître la signature sonore
d’un enfant qui tombe dans l’eau et activer l’alarme en moins de 2 secondes ».
 

Comment commercialisez-vous votre produit ?

« Dolphisonus est fabriqué en Dordogne, à côté du Bugues, chez FED (groupe AGÔN Electronics) et commercialisé à l’export uniquement, via notre site internet.

Pour être commercialisé en France, Delphisonus doit être testé au préalable par un laboratoire agréé. Un décret de loi du 16 juillet 2009 impose des critères d’éligibilité de ce genre d’alarmes pour piscines. 

Avec mon associé, Stephan Neckebroeck, directeur commercial, d’origine belge comme moi et habitant en Dordogne, nous avons contacté tous les laboratoires majeurs en France. Malgré nos efforts, aucun ne s’intéresse plus à ce genre de test, qui concerne pourtant la sécurité des enfants.

Les personnes qui achètent des alarmes ne savent pas vraiment si elles sont réglementaires et autorisées à la vente en France ».
 

Invitation au CES de Las Vegas, du 9 au 12 janvier 2024

AD’OCC, agence de développement économique de la région Occitanie, a proposé à 12 entreprises régionales, dont Airtronic/Dolphisonus, d’exposer au CES – Consumer Electronics Show – de Las Vegas, le plus grand salon professionnel international dédié à l’innovation technologique.
 

Comment s’est passé le salon ?

« C’était la première fois. Un salon gigantesque dédié essentiellement aux investisseurs et à l’innovation. 

Il y a eu énormément de visiteurs et ceux qui nous ont approchés nous disaient à quel point notre produit était génial et important pour la sécurité des enfants. Nous n’avons reçu que des compliments.

Et nous avons pu créer des contacts avec l’Amérique du nord et du sud, la Côte d’Ivoire (il y a 365 jours de soleil par an, mais les gens ne savent pas nager), la Thaïlande… Et plus de neuf pays d’Europe .

La question se pose dans tous les pays : les petits ne savent pas nager. Et un enfant qui tombe dans l’eau ne se débat pas.

Aujourd’hui, pour aller plus loin, il nous faut des moyens supplémentaires pour faire connaître le produit dans les salons dédiés à la piscine ».
 

Quels projets pour Dolphisonus ?

« Il y a 45 millions de piscines dans le monde, 3 400 000 en France, 2e marché mondial après les USA, et il y a plus de piscines au Canada qu’à Los Angeles.

Aujourd’hui, Dolphisonus a une précision de détection de 97,4 %. 

Nous aimerions atteindre les 99 %.

Mon associé et moi prenons à bras le corps tout ce qu’il faut faire pour valider les essais en laboratoires. Aux États-Unis, cela n’a pas posé de problème pour répondre aux exigences des lois locales puisqu’un laboratoire y est accrédité. 

En France, nous souhaitons que l’un d’entre eux s’intéresse au produit, mais aussi les pouvoirs publics, les élus, le ministère des sports »…
 

https://www.dolphisonus.com/

https://www.airtronik.eu/

Partager l'article
Inscrivez-vous à
notre newsletter

Ne manquez pas cette occasion de vous connecter avec nous et de rester au courant de tout ce qui se passe dans notre territoire.

Suivez-nous